Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 12:18

C'est avec une très grande tristesse que nous avons appris le décès de M Victor SCHOENDORF, à l'âge de 87 ans.

Les funérailles chrétiennes seront célébrées le jeudi 16 février 2017, à 14H30, en l'église paroissiale d'ENCHENBERG, sa paroisse.

Avec le décès de Victor, la paroisse d'ENCHENBERG perd un bénévole qui, depuis de nombreuses années, s'était fortement impliqué dans la vie paroissiale. En effet, pendant plus de 60 ans il a été l'organiste attitré de l'église St Pierre mais il était également membre de la chorale St Pie X d'ENCHENBERG.

Par ailleurs,il intervenait volontiers dans d'autres paroisses pour remplacer un de ses confrères organistes, si le besoin s'en faisait sentir. Sur la photo ci-dessus, il tient l'orgue du sanctuaire marial ND de la confiance de BAERENTHAL lors d'un mariage.

A la famille en deuil, nous présentons nos plus sincères condoléances.

 

En 2012, bien que diminué physiquement, Victor avait tenu à assister à la messe inaugurale à l'église St Jacques le Majeur de MOUTERHOUSE
En 2012, bien que diminué physiquement, Victor avait tenu à assister à la messe inaugurale à l'église St Jacques le Majeur de MOUTERHOUSE

En 2012, bien que diminué physiquement, Victor avait tenu à assister à la messe inaugurale à l'église St Jacques le Majeur de MOUTERHOUSE

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Décès
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 08:42

Voici venir la Chandeleur, au deuxième jour de février.

Mais qu'est la chandeleur demande le jeune enfant qui entend pour la première fois ce terme?

La Chandeleur! répondons-nous tous en choeur c'est le jour des crêpes,

 des crêpes que l'on prépare en famille ou entre amis. 

La chandeleur est avant tout une fête religieuse.

Si la coutume fut et reste, dans beaucoup de régions françaises de préparer des crêpes, ce n'est pas de ce met que ce jour tient son nom.

En effet, pour les Chrétiens ce jour est celui de

 la célébration de la présentation du Christ au Temple

et des relevailles de Marie.

Traditionnellement pendant la messe de ce jour étaient bénits et allumés de nombreux cierges.

 Ceux-ci avaient ensuite le pouvoir, lorsqu'ils étaient rallumés pendant un orage de chasser la foudre, et plus généralement de tenir éloignés les mauvais esprits, les démons, les intempéries.
Des processions avaient lieu dans les champs et les vignobles, surtout au Moyen Age,

 mais aussi de l'église à la demeure.

Quelle en est l'origine?

Elle fut instituée par le Pape Vigile (VI siècle) pour remplacer la fête de Proserpine que l'on célébrait par des courses aux flambeaux.

Suivant Innocent III, elle fut établie par le Pape Gélase Ier (V siècle), qui la substitua aux Lupercales, fêtes établies en l'honneur de Pan, et qui étaient accompagnées de courses semblables.

L'origine de la Chandeleur est donc probablement païenne et remonterait aux Parentalia romaines: c'est-à-dire à leur fête annuelle en l'honneur des morts, au cours de laquelle ils veillaient à l'aide de cierges et de torches, en honorant Pluton et les dieux infernaux.

 Mais n'oublions pas que pour les Chrétiens, 

 le 2 février est également la Journée mondiale de la vie consacrée,

qui souligne l'engagement des religieuses et religieux dont vocation est de rappeler au monde que ce n'est pas l'argent et la richesse qui font la valeur d'un homme et que pauvreté, obéissance et chasteté sont un trésor de l'Evangile.

Présentation au Temple

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Pâques
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 08:16

Présentation au Temple     Fêtée le 2 février, la chandeleur ou fête de la présentation est une fête chrétienne qui rappelle que, 40 jours après sa naissance, Jésus fut «présenté» au temple de Jérusalem (Luc 2, 22-39).    

     En effet, la tradition juive voulait que le premier garçon né dans une famille soit «présenté» au temple et consacré à Dieu. Au Moyen Âge, on prit l’habitude de célébrer cette fête de la «Présentation» en organisant des processions où l’on portait des flambeaux ou des cierges qui étaient bénis ce jour-là. D’où le nom de chandeleur : la fête des chandelles, en écho aux paroles de Syméon dans le temple, reconnaissant Jésus comme «lumière pour les nations». Après avoir allumé des cierges et prononcé en famille ou entre amis une prière de louange, il est de tradition de partager les crêpes. Crêpes dorées comme la lumière, rondes comme le soleil, que l’on attend au cœur de l’hiver.

 

Luc 2,21-40

« Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l'enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l'ange lui avait donné avant sa conception. Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était unSt Luc homme juste et religieux, qui attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes,et gloire d'Israël ton peuple. » Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. - Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. - Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre. »

Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. »

 

 

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 09:07

     Au début d'une nouvelle année, il est de tradition de faire un bilan de l'année écoulée, c'est pourquoi nous avons souhaité faire le point sur le blog "stlaurentdupaysduverre.over-blog.com" qui atteint désormais  sa vitesse de croisière.

      Avec la diminution du nombre de prêtres et la création des Communautés de paroisses, le contact entre les paroissiens et leur curé est devenu beaucoup plus aléatoire. 

      De plus, avec la baisse de la fréquentation de la messe dominicale le lien paroissial traditionnel n'arrive plus régulièrement dans tous les foyers et, comme il est établi pour 1 mois, ce lien ne peut pas prendre en compte les informations ou les modifications de dernière minute.

       Pour communiquer avec ses paroissiens et surtout avec les plus jeunes, nous avons souhaité utiliser une technologie moderne, à savoir un blog. Pourquoi un blog et non un site Internet classique? Le blog a été choisi parce qu'il est entièrement gratuit, qu'il est simple à mettre en oeuvre, qu'il permet une mise à jour fréquente et, de ce fait, il colle à l'actualité paroissiale.

    Le premier article du blog St Laurent est daté du mois de mai 2010. Depuis cette date, le nombre de clics sur le blog augmente régulièrement. Actuellement, ce sont une soixantaine d'internautes qui consultent le blog chaque jour avec des pics pouvant aller jusqu'à plus de 300, pendant certaines périodes comme Pâques ou Noël.

     A ce chiffre, il faut rajouter la vingtaine d'internautes qui cliquent chaque jour sur le blog notredamedelaconfiance.over-blog.com qui est un complément du blog St Laurent et qui reprend les informations spécifiques du sanctuaire marial ND de la confiance de BAERENTHAL dont notre curé est le recteur.

      Merci donc à vous les internautes qui êtes abonnés à la Newsletter et qui consultez régulièrement le bloc: faites aussi connaître le blog autour de vous.

    Un conseil pour ceux qui ne sont pas encore abonnés à la Newsletter: cliquez en bas à droite sur "Newsletter", inscrivez-vous et vous serez régulièrement informés de tous les articles qui sont publiés sur le blog.

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans A la Une
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 09:01

    C'est la Fête qui clôt le cycle de Noël. On la célèbre le dimanche qui suit le 6 janvier. L'Épiphanie inclut les trois mystères de l'adoration des Mages, du Baptême du Seigneur et des noces de Cana. La fête du Baptême du Seigneur est donc une sorte de démultiplication de l'Épiphanie.

    Le baptême de Jésus dans le Jourdain constitue pour les quatre évangélistes la manifestation « l'épiphanie » la plus importante, au tout début de la vie publique du Christ (Mt 3, 13-17 ; Mc 1, 9-11 ; Lc 3, 21-22 ; Jn 1, 29-34).

    En outre, cet événement de la vie de Jésus, considéré comme un point de départ essentiel (cf. Ac 1, 22), est d'une grande plénitude : non seulement il évoque la mort de l'Agneau de Dieu (cf. Lc 12, 50) et notre propre « plongeon » dans sa mort, par le sacrement du baptême, mais surtout il souligne la source et la portée trinitaire de la mission du Serviteur souffrant.

    Les cieux s'ouvrent, le Père exprime sa prédilection pour son Fils et l'Esprit Saint, qui est l'Amour, manifeste visiblement cette complaisance. On pourrait dire que la fête du Baptême du Seigneur est la Pentecôte du cycle de la Nativité.

Dom Robert Le Gall Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD  

 

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 08:49
Le mot « Épiphanie » désigne les manifestations de Dieu aux hommes, et plus précisément sa venue dans le monde en un temps historique donné, en la personne de Jésus-Christ. C'est le sens profond de la fête de l'Épiphanie qui, avec l'évocation des mages venus d'Orient, rappelle tout particulièrement la dimension universelle du message évangélique. 


La fête de l'Épiphanie célèbre la manifestation de Dieu aux rois mages et plus largement aux païens. L'Évangile de Matthieu relate la venue des mages venus d'Orient à Bethléem, sous la conduite d'un astre, pour adorer « le roi des Juifs qui vient de naître ». Ils lui offrent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Ces sages venus d'Orient, ces étrangers à Israël, sont la manifestation du caractère universel du salut apporté par le Christ. 

L'Évangile de Matthieu montre que la fête de l'Épiphanie est, par excellence, une fête missionnaire. Le mystère de Noël et de l'Epiphanie constituent, à l'intérieur de l'année liturgique, comme le commencement de l'œuvre de notre salut, qui a son point culminant à Pâques et à la Pentecôte

Sources : Les évêques de France, Catéchisme pour adultes ; Théo éd. Droguet et Ardant/Fayard 

Cliquer sur l'adresse

https://www.youtube.com/watch?v=vfvNP2qtl54


Les Rois Mages aimaient-ils la galette?
Une vidéo de Jérôme le cathologue
 
Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 09:05

Seigneur,

Tu nous offres chaque année

comme un vitrail à rassembler

avec les 365 morceaux de toutes les couleurs

qui représentent les jours de notre vie.

Nous y mettrons le rouge de notre amour et de notre enthousiasme,

le mauve de nos peines et de nos deuils,

le vert de nos espoirs et le rose de nos rêves,

le bleu ou le gris de nos engagements ou de nos luttes,

le jaune et l'or de nos moissons…

Nous réserverons le blanc pour les jours ordinaires

et le noir où tu nous sembles absent.

Nous cimenterons tout par la prière de notre foi

et par notre confiance sereine en toi.

Seigneur, nous te demandons simplement d'illuminer

de l'intérieur ce vitrail de notre vie,

par la lumière de ta présence

et par le feu de ton esprit de vie.

Ainsi par notre transparence,

ceux que nous rencontrerons cette année,

y découvriront peut-être,

le visage de ton Fils bien-aimé

Jésus-Christ notre Seigneur.

 

G. Lecleir

 

Vitrail.jpg

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Prières
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 20:14

 

Dans la joie de Noël et dans la confiance de l'an nouveau

l'abbé Cédric KLEIN, curé modérateur,

l'abbé Achille,

le diacre Antoine et les membres de l'EAP,

les conseils de fabrique de toute notre communauté,

adressent à tous les paroissiens leurs voeux de Lumière et de Paix.

 

 « Que le Seigneur vous bénisse et vous garde ! Que le Seigneur fasse briller sur vous son visage, qu'il se penche vers vous! Que le Seigneur tourne vers vous son visage, qu'il vous apporte la paix ! » (Nb 6, 24-26).

 

Prions Dieu qu'à Noël nous puissions accueillir Jésus non dans la froide mangeoire de notre coeur mais dans un coeur plein d'amour, animé par la chaleur de l'amour  que nous avons les uns pour les autres.

Mère Térésa

 

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 08:42

Crèche Noël 2014 Lemberg (4)Comme chaque année, de nombreux bénévoles ont passé beaucoup d'heures à monter les traditionnelles crèches qui, en cette période de l'année, décorent nos églises et qui annoncent la Nativité du Seigneur.

Certaines de ces crèches sont très simples, à l'image de ce qu'a du être la crèche dans laquelle, selon la tradition, Jésus est né. D'autres, beaucoup plus sophistiquées, sont de véritables chefs d'oeuvre.

Ces crèches peuvent être visitées pendant les heures d'ouverture des églises et cela, même en dehors des offices.

C'est peut être l'occasion d'y emmener nos enfants ou petits enfants pour que cette tradition se perpétue.

Crèche Noël 2014 GOETZ (1)

La crèche musicale de GOETZENBRUCK

Crèche Noël 2014 Lemberg (2)

La crèche de LEMBERG

Crèche 2014 Meisenthal (2)

La crèche de MEISENTHAL

Crèche 2014 Mouterhouse (1)

La crèche de MOUTERHOUSE

Retrouvez l'album des crèches de notre communauté de paroisse en cliquant sur le lien suivant:

Les-creches-de-Noel Les-creches-de-Noel

 

 

Retrouvez également les crèches de Noël du Bitcherland: une vidéo d'Alfred DANNENHOFFER ainsi que son livre  sur les crèches qui est en vente à l'Office de tourisme du Pays de Bitche, à BITCHE.

 

https://www.youtube.com/watch?v=_ZLxMeoN26U

                

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Albums Photos
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 07:00

Goetzenbruck 2010 (1) RDans la fragilité d'un enfant, Dieu manifeste la force de son amour.

Tout apparaît fragile aujourd'hui comme est fragile un enfant: la paix, les couples, les familles, l'Eglise et même notre foi et notre espérance.

A Noël, Dieu ne vient pas nous rassurer par de belles paroles, il se fait silence. Il ne nous propose pas un voyage de rêve: il naît au cours d'un voyage. Il vient en personne et que choisit-il? Il prend la fragilité d'un enfant pour nous donner la force de son Amour.

A Noël, Dieu vient sans armes, sinon celle de la défense des petits. Il vient sans projet, sinon celui des béatitudes. Il vient sans pouvoir sinon celui du pardon. Il vient sans force sinon celle de l'Amour. Voilà l'inouï de Noël.
Vous tous, plus ou moins fragilisés par la vie, regardez cet enfant: qui est plus fragile que lui? Regardez bien cet enfant: qui est plus fort que lui?

Accueillez sa force. Essayez d'aimer comme lui.

 

Gérard Naslin 

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 07:00

Creche.jpg

Alléluia.

Je vous annonce une grande joie.

Aujourd'hui nous est né un Sauveur: c'est le Messie, le Seigneur!

Alléluia

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 17:00

Ami, c'est Noël cette nuit

Laisse à la porte tes soucis

Avec les enfants qui sourient

Entre dans la fête cette nuit

Près du nouveau-né du coeur de Marie

Ami, c'est Noël cette nuit

Dieu qu'aucun mortel n'a jamais vu

A Bethléhem des bergers l'ont reconnu:

Entre Joseph et Marie encore tout émus

Fragile et tendre reposait l'enfant Jésus

Ami, c'est Noël cette nuit

Comme eux mets un genou à terre

Et pieusement ton coeur en prière

Pour dire la grandeur de ce Père

Que les anges cette nuit si fort glorifièrent.

Ami, c'est Noël cette nuit

Lorsque tu repartiras au matin

Avec un coeur plus serein

Et dans les yeux un peu de cette clarté

Qui brillait cette nuit d'étoiles constellée,

Tu sauras à jamais combien belle est ta destinée 

Ami, c'est Noël cette nuit

 

Abbé Aloyse Schaff

 

 

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 11:00

CrècheÀ Noël, l’Église fête la naissance d’un petit enfant, de Jésus. Né de Marie à Bethléem, cet enfant est Dieu lui-même. Prince de la paix, il vient offrir son amour et sauver l’humanité.

Un enfant, couché dans une mangeoire

Jésus, Fils de Dieu et Dieu lui-même, naît de Marie et son anniversaire se fête le 25 décembre ! Dieu prend chair en notre humanité, vient habiter notre condition humaine et partager notre quotidien. Puissions-nous contempler ce don d’amour et nous émerveiller du cadeau inouï fait aux hommes.

Accueillir l’Enfant et par lui le Salut

Un ange annonce la Bonne Nouvelle aux bergers : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire », Luc 2,10-12.

À nous aussi, aujourd’hui, ce message est adressé. Réjouissons-nous de la venue de cet Enfant Sauveur, qui tend les bras pour offrir son amour illimité. Artisan de paix et de miséricorde jusqu’au bout, il nous réconcilie avec Dieu et avec nous-mêmes.

Louer Dieu

Immédiatement après le message de l’ange, avant même que les bergers se mettent en route vers la crèche, des anges louent Dieu : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime », Luc 2,14.

Nous aussi, nous sommes invités à rendre grâce à Dieu et à accueillir la naissance de son Fils en nos cœurs. La Paix nous est offerte.

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre — ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur 

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 20:25

 

1. Origine de la crèche - Crèches d'église

Le mot " crèche " signifie une mangeoire pour les            Eglise d'Althorn 2011

 animaux. Selon l'évangile de Luc (2/7),Althorn crèche 2010 (4) Marie a déposé l'enfant Jésus dans la crèche de l'étable où Joseph et elle avaient trouvé refuge. Par extension, le mot désigne l'étable ou la grotte ou est né Jésus.

 

Selon la tradition, l'origine de la crèche de Noël remonte à St François d'Assise. En 1223 il organisa une scène vivante avant de célébrer la messe de Noël. Les premières étaient vivantes. Peu à peu elles furent remplacées par des figurines.

 

L'origine n'est historiquement pas très claire. La première avec personnages remonte à 1283 et fut commandée par le Pape Onofrio IV. les Jésuites en réalisent notamment à Prague en 1562, qui figurent parmi les plus anciennes connues. La Contre Réforme en fait un outil didactique

 

2. Histoire de la crèche - Crèches de Noël familiales

L'histoire de la crèche de Noël s'est poursuivie par l'apparition des crèches dans les familles. Elles n'ont commencées qu'au XVII° et se sont développé au XVIII°, particulièrement à Naples dans les demeures aristocratiques, dans les foyers de la noblesse et de la haute bourgeoisie. Celles ci, de style baroque, étaient raffinées avec une grande diversité de personnages somptueusement ornés. Elles reproduisent la vie quotidienne de Naples.

 

En France pendant la révolution, les représentations publiques étant interdites, la crèche de Noël apparait dans les maisons. C'est alors l'origine de la crèche provençale qui est plus rustique que la napolitaine. Elle est issue de la familiarité avec la population des villages de Provence.

 

3. Les personnages de la crèche

 

             Crèche extérieure Soucht 2011                  

Soucht 2010 - Crèche ext.Les personnages de la crèche de Noël sont d'abord ceux que l'on voit dans le récit de l'évangile de St Luc : l'enfant Jésus, Marie, Joseph, les bergers avec leurs moutons et ceux qui se trouvent dans l'évangile de St Matthieu : les rois mages. La tradition, suivant l’évangile apocryphe du Pseudo Matthieu (6e ou 7e siècle), y a ajouté l'âne et le bœuf qui ne sont pas présent dans l'évangile.

 

Puis les personnages de la crèche se multiplient. A Naples, on voit les personnes de la vie quotidienne de Naples. Ces personnages sont des statues richement ornés atteignant parfois la taille humaine. En Provence, on trouve les personnages d'un village de Provence : le maire, le curé, le tambourinaire, le gitan, le boulanger, la lingère, le ravi ...

 

4. Installation à la maison

La tradition de la crèche de Noël est une tradition familiale. L'installation se fait le 1er dimanche de l'Avent ou le dernier dimanche avant la fête. Elle restera jusqu'au 2 février, date de la présentation de Jésus au Temple.

                        Mini crèche

Mini-crècheOn peut réaliser une grotte en papier rocher , un papier qui imite le rocher. On met au sommet l'ange qui s'est adressé aux bergers et une étoile qui évoque l'étoile des mages. Il y a souvent de la paille et de la farine qui représente la neige et parfois de la végétation telle que la mousse, le thym ou les pommes de pin.

 

On place l'enfant Jésus, Marie, Joseph, les bergers, l'âne, le bœuf, les moutons. On ajoute les santons avec chaque année un nouveau personnage. Il faut mettre les rois mages le 6 janvier jour de l'Épiphanie. Beaucoup l'installent au pied de l'arbre et les cadeaux sont déposés devant elle.

 

Pour accéder à l'album photo des crèches de notre communauté de paroisses,

 cliquer sur le lien suivant : Les-creches-de-Noel 2010 Les-creches-de-Noel 2010

 

Tradition de la crèche de Noël
Tradition de la crèche de Noël
Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 08:41

Saint Nicolas est fêté le 6 décembre. Cette fête est davantage marquée dans l'Est (Lorraine et Alsace) et le Nord de la France, en Belgique, Allemagne, Autriche et aux Pays-Bas.
Le saint évêque fait le tour des villes pour récompenser les enfants sages. Il visite les écoles maternelles, distribuant aux enfants friandises, pain d'épices, oranges… Chars, défilés prestigieux, feux d'artifices... parachèvent les traditions de cette fête. Saint Nicolas est une fête importante dans la vie culturelle de ces régions. A ce titre, il arrive que des jouets soient offerts aux enfants ce jour-là plutôt qu’à Noël (jour où le cadeau est l’Enfant Jésus).
Aujourd’hui, saint Nicolas est pour beaucoup une légende, un personnage de défilé… Mais n’oublions pas qu’il a vraiment existé. Son histoire est parvenue jusqu’à nous, peut-être teintée de récits plus discutables et proches du mythe. Qui était-il ? Où vivait-il ? Qu’a-t-il fait ? Nous l’avons rencontré…

             St Nicolas et son âne

 

     St-Nicolas-copie-1.jpg

 Parlez-nous de votre enfance

Je suis né vers 270 (c’est si loin dans le temps que la précision me fait défaut !!) à Patare, en Lycie, une ancienne région située au sud de l’Asie-Mineure. Mon père s’appelait Euphémius. Il était un homme riche, pieux et charitable. Ma mère, Anne, était la sœur de Nicolas l’Ancien, évêque de Myre.
Des gens racontent que, nourrisson, je repoussais vigoureusement le sein maternel, préfigurant ainsi ma future pratique assidue du jeûne.
Mes deux parents sont morts de la peste alors que j’étais encore jeune. Me voilà donc à la tête d’une belle fortune que j’ai alors décidé de consacrer à des œuvres de charité.

Et votre sacerdoce ?

C’est mon oncle, évêque de Myre, qui m’a ordonné prêtre et placé comme supérieur du monastère de Sainte-Sion près de Myre.
A la mort de mon oncle Nicolas, les évêques de la province ont ressenti que Dieu me choisissait pour lui succéder. J’ai donc été contraint d’accepter, par respect de la volonté divine !
J’ai connu la persécution, puisque j’ai passé en prison les dernières années du règne de l’empereur Dioclétien. Avec l’arrivée de Constantin, j’ai été libéré et suis revenu à Myre. En plus de ma charge épiscopale, j’ai dû me battre contre l’idolâtrie, issue du polythéisme, toujours vivace. De même, j’ai dû convaincre mon peuple de garder confiance lors d’une grande famine, me démenant pour leur procurer de quoi survivre. Cela a permis à chacun de se recentrer sur les choses essentielles à la vie : aimer Dieu et son prochain… et garder confiance dans l’épreuve.

Au cours de mon épiscopat, je me suis aussi évertué, avec l’aide de Dieu, à combattre les hérésies, notamment celle d’Arius. Lors du premier Concile de Nicée, j’ai fait partie du groupe des 318 évêques qui ont condamné l’arianisme.

 

 

   St Nicolas 2 L’histoire fait de vous un thaumaturge. Pouvez-vous nous parler de vos miracles ?

Pour remettre les choses à leur place, il ne s’agit pas de « mes » miracles, mais de ceux du Seigneur. Je ne suis que son instrument !

Beaucoup d’artistes ont illustré le miracle des trois soldats condamnés à mort. Ils ont prié Dieu que j’intercède pour eux. Ainsi, après que l’empereur Constantin m’a vu en songe lui clamer l’innocence des trois malheureux, ils ont été libérés.

Il y a aussi l’histoire des trois enfants partis aux champs et tués par le boucher. Tout le monde la connaît bien, puisqu’elle est chantée par un grand nombre d’enfants à travers les siècles.

On parle aussi d’une tempête apaisée par mon intercession.

Pour finir avec cela, après ma mort sur terre, vers 325, une huile miraculeuse s’est écoulée de mon tombeau.

  

Tous ces miracles sont-ils à l’origine de votre immense patronage ?

Beaucoup de corporations m’ont choisi comme protecteur ou comme saint patron, probablement en raison de ces miracles. Pour en citer quelques-uns, notons les enfants, les écoliers, les marins, les bateliers, les pêcheurs, les voyageurs et les pèlerins, les mal-jugés, les tonneliers… Je suis aussi patron de la Russie et de la Lorraine, mais ça, vous le savez déjà !

 

 

 

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Noël

Présentation

  • : stlaurentdupaysduverre.over-blog.com
  • stlaurentdupaysduverre.over-blog.com
  • : Blog de la communauté de paroisses St Laurent du Pays du Verre - Diocèse de METZ - Moselle
  • Contact

NEWS

Catégories