Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 17:39

Le diaconat aux origines

Dans les Actes des Apôtres ( 6,1-6, on peut lire : « En ces jours-là, le nombre des disciples augmentait et les Hellénistes se mirent à récriminer contre les Hébreux parce que leurs veuves étaient oubliées dans le service (diaconia) quotidien. Les Douze convoquèrent alors l'Assemblée plénière des disciples et dirent : « il ne convient pas que nous délaissions la parole de Dieu pour le service (diaconein) des tables. Cherchez plutôt parmi vous, frères, sept hommes de bonne réputation, remplis d'Esprit et de sagesse, et nous les chargerons de cette fonction. Quant à nous, nous continuerons à assurer la prière et le service ( diaconia )de la Parole » Cette proposition fut agréée… ; on présenta (sept hommes) aux apôtres, on pria et on leur imposa les mains »

 

Rétablissement par Vatican II

Le diaconat permanent tomba en désuétude au fil des siècles et ce n’est que le 29 octobre 1963, au cours du débat sur l'Église, que les Pères du concile répondent très favorablement à la question sur «l'opportunité d'instaurer le diaconat comme degré distinct et permanent du saint ministère, selon les besoins de l'Église dans les diverses contrées ».

Le texte suivant présente une énumération des activités des diacres, qui ne se veut pas normative pour l'avenir, mais descriptive de ce qu'il a été :

« Selon les dispositions prises par l'autorité qualifiée, il appartient aux diacres d'administrer solennellement le baptême, de conserver et distribuer l'Eucharistie, d'assister, au nom de l'Église, au mariage et de le bénir, de porter le viatique aux mourants, de donner lecture aux fidèles de la Sainte Écriture, d'instruire et exhorter le peuple, de présider au culte et à la prière des fidèles, d'être ministres des sacramentaux, de présider aux rites funèbres et à la sépulture. Consacrés aux offices de charité et d'administration, les diacres ont à se souvenir de l'avertissement de saint Polycarpe : « être miséricordieux, zélés, marcher selon la vérité du Seigneur qui s'est fait le serviteur de tous ». Comme la discipline actuellement en vigueur dans l'Église latine rend difficile, en plusieurs régions, l'accomplissement de ces fonctions extrêmement nécessaires à la vie de l'Église, le diaconat pourra, dans l'avenir, être rétabli (restitui) en tant que degré propre et permanent de la hiérarchie…. Si le Pontife romain y consent, ce diaconat pourra être confié à des hommes mûrs, même mariés, ainsi qu'à des jeunes gens aptes à cet office, mais pour lequel la loi du célibat doit demeurer ferme. » (n° 29).

Par deux décrets d'application, le pape Paul VI permettra la mise en œuvre des décisions conciliaires.

 

Décisions des évêques français

L'Assemblée plénière des évêques de France décide en 1966 à une très large majorité, le rétablissement du diaconat permanent, accepté par Rome en décembre 1967. En novembre 1968, l'Assemblée inscrit ce rétablissement dans sa démarche missionnaire, en estimant «très souhaitable» que les candidats au diaconat soient suscités et accueillis par des communautés chrétiennes «ayant pris conscience de leur mission dans l'Église».

La charte du diaconat sera explicitée en 1970, dans un texte que l'Assemblée confirme : « Les évêques français marquent leur préférence pour des diacres qui quotidiennement en contact des hommes grâce à leur situation familiale et professionnelle puissent, en pleine vie, témoigner du service que le Peuple de Dieu doit rendre aux hommes à l'exemple du Christ. Les premiers diacres ont été choisis en tenant compte de leurs engagements en différents secteurs de la vie des hommes et de leur appartenance à des unités pastorales déjà engagées dans la même action missionnaire.

Les diacres permanents participeront aussi d'une manière qui leur sera propre à l'effort de l'Église hiérarchique pour rencontrer l'incroyance et la misère et se rendre plus présente au monde. Ils garderont leurs engagements antérieurs compatibles avec le ministère diaconal.

Fleur de vie déc. 2013 (10) 

Le diacre Antoine FELLRATH et des membres du S.E.M. (Service Evangéliques des Malades)

lors d'une célébration de Noël au foyer Fleur de Vie d'Enchenberg

 

Les diacres et la vie paroissiale

La plupart du temps, en tout cas en France, le ministère d’un diacre n’est pas circonscrit à une paroisse (du moins à un « clocher » - car la taille des paroisses tend à grandir).

Le diacre, comme tout chrétien, est membre d’une paroisse. Il est souvent membre du conseil pastoral de paroisse ou de l’équipe d’animation, participe à diverses activités voire les anime ou les suscite, mais il n’est pas pasteur de communauté.

Étant lui aussi ministre ordonné, il ne peut qu’être solidaire du ou des prêtres du lieu dans leur souci pastoral. Cela suppose ou induit entre eux et le diacre (et son épouse, le cas échéant) des relations privilégiées.

Selon sa lettre de mission et ses disponibilités, il peut parfois célébrer dans sa paroisse des baptêmes, des mariages ou des funérailles, et donner l’homélie, tout cela avec l’accord du ou des pasteurs(s) du lieu. Il est normal aussi qu’il participe en aube à de grandes célébrations de l’année liturgique.

Sa mission particulière peut nécessiter qu’il soit souvent absent des assemblées dominicales et que sa visibilité liturgique soit plutôt ailleurs que dans sa paroisse propre. C’est parfois mal compris de pratiquants habituels ; même si cette réaction témoigne d’une souffrance compréhensible, ceux-ci doivent prendre acte que les diacres ne sont pas là d’abord pour pallier le manque de prêtres.

Pour plus de détails, cliquer sur le lien ci-dessous :

Source : http://www.diaconat.cef.fr/

 

Rentrée 2012 - Le service évangélique des malades

 

Partager cet article

Repost 0
Mis en ligne par ds - dans Archives

Présentation

  • : stlaurentdupaysduverre.over-blog.com
  • stlaurentdupaysduverre.over-blog.com
  • : Blog de la communauté de paroisses St Laurent du Pays du Verre - Diocèse de METZ - Moselle
  • Contact

NEWS

Catégories