Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2022 5 09 /12 /décembre /2022 12:02

 

3ème dimanche de l'Avent

Les messes du dimanche 11 décembre dans notre communauté de paroisses

Personne ne s'est levé de plus grand que Jean le Baptiste

Matthieu 11, 11

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans Vivre sa foi
8 décembre 2022 4 08 /12 /décembre /2022 07:00
La fête de l’Immaculée Conception

Le 8 décembre marque la fête de l’Immaculée Conception. La célébration de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie – située dans les premiers jours de la nouvelle année liturgique et du temps de l’Avent – nous rappelle la destinée unique de cette femme juive, choisie par Dieu. Pour la foi chrétienne, Marie est indissociable de l’enfant qu’elle a porté, Jésus, en qui s’est totalement manifesté le Dieu vivant. Elle est appelée, depuis le concile d’Éphèse (431), « Mère de Dieu ». Selon la tradition catholique, depuis le dogme promulgué par le pape Pie IX, le 8 décembre 1854, elle est déclarée préservée du péché originel dès sa naissance.

Pourquoi un dogme ?

Un dogme est une vérité de foi solennellement proclamée par le Pape pour être accueillie par l’Église. Ainsi, le 8 décembre 1854, dans la Bulle Ineffabilis Deus, le pape Pie IX déclarait : « Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».

En d’autres termes, pour accueillir le Fils de Dieu, Marie ne pouvait avoir en son coeur aucune trace d’hésitation ou de refus. Dieu avait besoin que le don de son amour rencontre une foi parfaitement pure, une âme sans péché. Seule la grâce (le don gratuit de Dieu) pouvait ainsi la préparer, et elle en est comblée (Évangile selon saint Luc, chapitre 1). Comme un fruit anticipé du pardon offert par Jésus sur la croix, Marie (qui a été conçue normalement, par l’union de son père et de sa mère) est immaculée, pure de tout péché, et préservée de cette séparation d’avec Dieu qui marque l’homme dès le début de son existence, le péché originel.

« Pour la plupart des gens, « l’immaculée conception » voudrait dire que Marie est devenue mère, a conçu Jésus, par l’action de l’Esprit Saint, sans relation conjugale. Comme si la relation conjugale était, par elle-même, un péché. Ce n’est pas du tout ce que dit la foi chrétienne. Si le mariage était un péché, il ne pourrait être un sacrement […] rappelle Mgr Jacques Perrier, évêque émérite de Tarbes et Lourdes. » Que voulait dire Pie IX ? Que fête l’Église catholique le 8 décembre ? Ceci :

Marie, dès l’origine, a été totalement étrangère au péché. C’est pourquoi, dans toutes les apparitions, elle se montre toujours merveilleusement belle, rayonnante de lumière et de bonté.

Lourdes et l’Immaculée

Les apparitions de Lourdes ont eu lieu quatre ans après la proclamation solennelle du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX. Le 25 mars 1858, dans la grotte humide et sombre de Massabielle, Marie converse familièrement avec Bernadette qui l’interroge ; elle lui dit son nom : « Je suis l’Immaculée Conception ».

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans A la Une
6 décembre 2022 2 06 /12 /décembre /2022 08:43

 

 

Chanteuse du groupe de louange Be Witness, Pauline sort son premier EP solo “Inspire” en juin 2020. Elle anime également la louange à l’Eglise Lyon Centre ainsi qu’avec le groupe Glorious.

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans A la Une
5 décembre 2022 1 05 /12 /décembre /2022 11:08

Saint Nicolas est fêté le 6 décembre.

 

     Cette fête est davantage marquée dans l'Est (Lorraine et Alsace) et le Nord de la France, en Belgique, Allemagne, Autriche et aux Pays-Bas.


Le saint évêque fait le tour des villes pour récompenser les enfants sages. Il visite les écoles maternelles, distribuant aux enfants friandises, pain d'épices, oranges… Chars, défilés prestigieux, feux d'artifices... parachèvent les traditions de cette fête. Saint Nicolas est une fête importante dans la vie culturelle de ces régions. A ce titre, il arrive que des jouets soient offerts aux enfants ce jour-là plutôt qu’à Noël (jour où le cadeau est l’Enfant Jésus).


     Aujourd’hui, saint Nicolas est pour beaucoup une légende, un personnage de défilé… Mais n’oublions pas qu’il a vraiment existé. Son histoire est parvenue jusqu’à nous, peut-être teintée de récits plus discutables et proches du mythe. Qui était-il ? Où vivait-il ? Qu’a-t-il fait ? Nous l’avons rencontré…

 

Arrivée de St Nicolas avec son âne

dans la cour d'une école de Moselle

 

     St-Nicolas-copie-1.jpg

 Parlez-nous de votre enfance

     Je suis né vers 270 (c’est si loin dans le temps que la précision me fait défaut !!) à Patare, en Lycie, une ancienne région située au sud de l’Asie-Mineure. Mon père s’appelait Euphémius. Il était un homme riche, pieux et charitable. Ma mère, Anne, était la sœur de Nicolas l’Ancien, évêque de Myre.
     Des gens racontent que, nourrisson, je repoussais vigoureusement le sein maternel, préfigurant ainsi ma future pratique assidue du jeûne.
     Mes deux parents sont morts de la peste alors que j’étais encore jeune. Me voilà donc à la tête d’une belle fortune que j’ai alors décidé de consacrer à des œuvres de charité.

Et votre sacerdoce ?

     C’est mon oncle, évêque de Myre, qui m’a ordonné prêtre et placé comme supérieur du monastère de Sainte-Sion près de Myre.
     A la mort de mon oncle Nicolas, les évêques de la province ont ressenti que Dieu me choisissait pour lui succéder. J’ai donc été contraint d’accepter, par respect de la volonté divine !
     J’ai connu la persécution, puisque j’ai passé en prison les dernières années du règne de l’empereur Dioclétien. Avec l’arrivée de Constantin, j’ai été libéré et suis revenu à Myre. En plus de ma charge épiscopale, j’ai dû me battre contre l’idolâtrie, issue du polythéisme, toujours vivace. De même, j’ai dû convaincre mon peuple de garder confiance lors d’une grande famine, me démenant pour leur procurer de quoi survivre. Cela a permis à chacun de se recentrer sur les choses essentielles à la vie : aimer Dieu et son prochain… et garder confiance dans l’épreuve.

     Au cours de mon épiscopat, je me suis aussi évertué, avec l’aide de Dieu, à combattre les hérésies, notamment celle d’Arius. Lors du premier Concile de Nicée, j’ai fait partie du groupe des 318 évêques qui ont condamné l’arianisme.

 

   St Nicolas visitant une école de Moselle

     où il récompense les enfants sages  

 

   St Nicolas 2L’histoire fait de vous un thaumaturge. Pouvez-vous nous parler de vos miracles ?

     Pour remettre les choses à leur place, il ne s’agit pas de « mes » miracles, mais de ceux du Seigneur. Je ne suis que son instrument !

     Beaucoup d’artistes ont illustré le miracle des trois soldats condamnés à mort. Ils ont prié Dieu que j’intercède pour eux. Ainsi, après que l’empereur Constantin m’a vu en songe lui clamer l’innocence des trois malheureux, ils ont été libérés.

Il y a aussi l’histoire des trois enfants partis aux champs et tués par le boucher. Tout le monde la connaît bien, puisqu’elle est chantée par un grand nombre d’enfants à travers les siècles.

     On parle aussi d’une tempête apaisée par mon intercession.

     Pour finir avec cela, après ma mort sur terre, vers 325, une huile miraculeuse s’est écoulée de mon tombeau.

  

Tous ces miracles sont-ils à l’origine de votre immense patronage ?

     Beaucoup de corporations m’ont choisi comme protecteur ou comme saint patron, probablement en raison de ces miracles. Pour en citer quelques-uns, notons les enfants, les écoliers, les marins, les bateliers, les pêcheurs, les voyageurs et les pèlerins, les mal-jugés, les tonneliers… Je suis aussi patron de la Russie et de la Lorraine, mais ça, vous le savez déjà !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans Noël
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 16:22
Permanences de M le curé
Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh
1 décembre 2022 4 01 /12 /décembre /2022 11:05
Le mot de votre curé
Le mot de votre curé
Le mot de votre curé
Le mot de votre curé
Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans A la Une
29 novembre 2022 2 29 /11 /novembre /2022 20:18
Le Service évangélique des malades
Le Service évangélique des malades
Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans Vivre sa foi
28 novembre 2022 1 28 /11 /novembre /2022 21:05
Lien paroissial pour le mois de décembre 2022
Lien paroissial pour le mois de décembre 2022
Lien paroissial pour le mois de décembre 2022
Lien paroissial pour le mois de décembre 2022
Lien paroissial pour le mois de décembre 2022
Lien paroissial pour le mois de décembre 2022
Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans Vivre sa foi
27 novembre 2022 7 27 /11 /novembre /2022 09:00

1.Couronne de l'Avent

 

La couronne de l'Avent est faite de branchages de pin, arbre toujours vert, pour signifier la vie. Elle est nouée par un ruban rouge et ornée de pommes de pins. Les couronnes sont un ancien symbole aux significations multiples. Les couronnes rondes évoquent le soleil et annoncent son retour. La couronne est un cercle qui rappelle que le temps des fêtes nous revient à chaque année. Il symbolise aussi que Jésus va revenir, que le temps de l'Avent n'est donc pas seulement l'attente avant Noël, mais aussi bien l'attente du Retour du Christ.
La couronne de l'Avent peut être placée sur une table avec quatre bougies ou sur la porte d'entrée de la maison en signe de bienvenue ou bien à la fenêtre. - Il semble que les premières couronnes soient apparues au nord de l'Allemagne au 16ième siècle, pour préparer les chrétiens à la fête de Noël qui allait venir dans quatre semaines. En Suède elle est réservée pour la Ste Lucie le 13 décembre.


 2. Les quatre bougies de l'Avent


 

Sur la couronne de l'Avent, on place quatre bougies. Chaque dimanche du temps de l'Avent on en allume une de plus. Plus la fête approche, plus il y a de lumière. Les quatre bougies allumées sont le symbole de la lumière de Noël qui approche et qui apporte l'espoir et la paix.
L'origine des bougies de l'Avent, c'est l'initiative d'un pasteur allemand qui décida d'allumer chaque jour une bougie disposée sur une roue, pour marquer les 24 jours qui précédent Noël. La Couronne de l’Avent avec les bougies a été inventée par le pasteur Johann Heinrich Wichern (1808-1881). Éducateur et théologien de Hambourg. Chaque matin, un petit cierge de plus était allumé et, à chaque dimanche du temps de l'Avent un grand cierge. La coutume du temps de l'Avent n’a retenu que les grands.

 

3. Signification des bougies de l'Avent


Ces bougies symbolisent les grandes étapes du salut avant la venue du messie.
•    La première est le symbole du pardon accordé à Adam et Ève
•    La deuxième est le symbole de la foi d'Abraham et des patriarches qui croyaient en la terre promise
•    La troisième est le symbole de la joie de David dont la lignée ne s'arrêtera pas. Elle témoigne de l'alliance avec Dieu
•    La quatrième est le symbole de l'enseignement des prophètes qui annoncent un règne de justice et de paix
Actuellement pour la messe dans les églises catholiques, on allume progressivement les quatre bougies, mais le symbolisme des étapes du salut est rarement exprimé.

 

Bonne entrée en Avent à toutes et à tous !
 

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans Noël
24 novembre 2022 4 24 /11 /novembre /2022 11:00

 

Dimanche  27 Novembre 2022 - 1er dimanche de l'Avent

"Prenez garde, restez éveillés".

 

Aujourd'hui nous entrons dans l'année liturgique A

 

 

     Dieu ne cesse de visiter son peuple. Plus d’une fois, il a «déchiré les cieux» pour le secourir et le consoler. Nos cœurs veillent et s’émerveillent en cette saison de l’Avent, car nous savons que le Christ est toujours bien vivant parmi nous.

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

     La nouvelle année liturgique débute cette année le 27 Novembre, jour du 1er dimanche de l’Avent. Nous entrons dans l’année liturgique "A". Durant ces quatre semaines d’attente, nous sommes conduits jusqu’à la naissance de Celui que nous attendons, liturgiquement, mais aussi dans nos cœurs.

     L’Avent, c’est le temps de l’attente de la venue de Jésus qui nous place en attitude de vigilance, de préparation de la venue nouvelle du Christ à la fin des temps.

     L’Avent, c'est quatre dimanches, quatre étapes pour se préparer à accueillir Jésus, pour préparer son chemin.

 

Restez éveillés et priez en tout temps" 

 

     Etre veilleurs, c'est être témoin du temps qui passe, appelés à dire toute notre espérance en celui qui vient et qui fait toutes choses nouvelles. Etre veilleurs, c'est accepter de témoigner qu'une lumière peut se lever.

 

Tenez-vous donc prêts, vous aussi: c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra.

Matthieu 24, 44

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans Noël
22 novembre 2022 2 22 /11 /novembre /2022 08:10

 

Ste Cécile, que l'on fête  le 22 novembre
est la patronne  des luthiers, des musiciens et des poètes.
 
Bonne fête à tous les organistes, dirigeants  et choristes
qui, tout au long de l'année embellissent les offices
dans nos différentes paroisses
 
 
 
Nous savons peu de chose sur cette grande figure de l'hagiographie féminine. L'histoire nous assure qu'elle appartenait à une grande famille romaine: les "Cecilii", qu'elle était chrétienne, qu'elle aidait les premiers papes de ses deniers et que, lorsque son époux se convertit, ils donnèrent à l'Église un terrain devenu cimetière: les catacombes de Saint Calixte où elle eut le privilège d'être enterrée au milieu des papes. Au IXe siècle, ses reliques furent transférées dans une église romaine proche du Tibre: Sainte Cécile au Transtévère.
       Hors de là, ce ne sont qu'embellissements d'une poétique admiration. La Cécile légendaire, promue vierge et martyre, a suppléé la Cécile historique, dame romaine opulente et donatrice secourable qui "chantait dans son cœur la gloire de Dieu." Ce qui, en passant, est une belle référence pour tous ceux qui, chanteurs et chanteuses, veulent se mettre sous son patronage.
      Selon la tradition, elle fut fiancée à un jeune homme prénommé Valérien, qu’elle convertit au christianisme. Ayant refusé d’honorer les divinités romaines, ils souffrirent tous deux le martyre aux alentours de l’an 220; Tiburce, le beau-frère de Cécile, fut également martyrisé.
       La dévotion du monde chrétien envers la sainte n’a pas cessé de se maintenir. Son nom figure au premier canon de la messe. Elle est devenue la patronne des musiciens. Depuis l’antiquité, à Rome, un titre d’église au Transtévère porte son nom, sa tombe est vénérée au cimetière de Calliste sur la voie Appienne et son culte s’est répandu dans toute l’Église grâce au récit de sa Passion, montrant en elle un exemple parfait de femme chrétienne qui a embrassé la virginité et subi le martyre pour l’amour du Christ.
Source: link

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans A la Une
15 novembre 2022 2 15 /11 /novembre /2022 09:12

Le Christ Roi de l'univers

La statue du Christ Roi de WIESVILLER

 

La fête du Christ Roi a été créée en 1925 par le pape Pie XI dans le but d’affirmer la royauté du Christ. Elle a pris un sens différent avec la réforme du calendrier liturgique demandée par le Concile du Vatican II.

 

Elle n’est plus le dernier dimanche d’octobre, mais le dernier dimanche de l’année liturgique : elle devient ainsi comme le couronnement de l’année liturgique. Elle porte le titre de Solennité du Christ Roi de l’Univers.

 

En 2022, l'année liturgique "C" se terminera le dimanche 20 novembre.

* * *

 

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans A la Une
29 octobre 2022 6 29 /10 /octobre /2022 12:00

 

Les offices de la Toussaint

dans notre communauté de paroisses 

 

1er novembre : 

 

 

 

 2 novembre : jour des défunts

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

   La Toussaint

   La-Toussaint.jpg  Comme son nom l'indique, la Toussaint est la fête de tous les saints. Chaque 1er novembre, l'Église honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ.

      Si un certain nombre d'entre eux ont été officiellement reconnus, à l'issue d'une procédure dite de  "canonisation", et nous sont donnés en modèles, l'Église sait bien que beaucoup d'autres ont également vécu dans la fidélité à l'Évangile et au service de tous. C'est bien pourquoi, en ce jour de la Toussaint, les chrétiens célèbrent tous les saints, connus ou inconnus.

     Cette fête est donc aussi l'occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles.

      La sainteté n'est pas une voie réservée à une élite : elle concerne tous ceux et celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ. Le pape Jean-Paul II nous l'a fait comprendre en béatifiant et canonisant un grand nombre de personnes, parmi lesquelles des figures aussi différentes que le Père Maximilien Kolbe, Édith Stein, Padre Pio ou Mère Térésa...

     La vie de ces saints constitue une véritable catéchèse, vivante et proche de nous. Elle nous montre l'actualité de la Bonne nouvelle et la présence agissante de l'Esprit Saint parmi les hommes. Témoins de l'amour de Dieu, ces hommes et ces femmes nous sont proches aussi par leur cheminement - ils ne sont pas devenus saints du jour au lendemain -, par leurs doutes, leurs questionnements... en un mot : leur humanité.

     La Toussaint a été longtemps célébrée à proximité des fêtes de Pâques et de la Pentecôte. Ce lien avec ces deux grandes fêtes donne le sens originel de la fête de la Toussaint : goûter déjà à la joie de ceux qui ont mis le Christ au centre de leur vie et vivre dans l'espérance de la Résurrection.

 

Qu'est-ce que la sainteté ?

 

    Le texte des Béatitudes, qui est l'Évangile lu au cours de la messe de la Toussaint, nous dit à sa manière, que la sainteté est accueil de la Parole de Dieu, fidélité et confiance en Lui, bonté, justice, amour, pardon et paix.

     « Quand Jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :

 

"Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux !

Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !

Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice: ils seront rassasiés !

Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde !

Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !

Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux !

Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux !" » (Matthieu 5, 1-12a)

 

Le 2 novembre: la journée des morts.

 

     C'est une journée de prière pour les morts, une journée de commémoraison des défunts, Cimetière, vue généraleune journée du souvenir.

     Le jour liturgique de prière pour les défunts n'est pas la fête de la Toussaint, mais le lendemain le 2 novembre.

    Il est rare que l'on fasse une visite au cimetière le 2 novembre qui est pourtant le jour des morts. En effet ce n'est pas un jour férié en Europe. Cependant quand le 2 novembre tombe un samedi ou un dimanche, on en profite pour faire une visite au cimetière et dire une prière pour les décédés de sa famille. On fait habituellement la visite au cimetière le premier novembre à la fête de la Toussaint qui est souvent vécue comme le jour des morts plus que comme la fête des saints. 

 

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans Rentrée
12 octobre 2022 3 12 /10 /octobre /2022 08:02

Souvent les gens me demandent si je récite le chapelet. Ils croient que, curé moderne, je laisse ça à celles qu'on appelle "les bigotes". Je récite le chapelet tous les jours et je le médite. J'aime immensément mon chapelet. Je prie sur un dizainier. C'est plus discret et plus pratique.

 

Le chapelet c'est la prière du pauvre!

Oui et c'est pour cela qu'on n'en veut plus. Les objections pour ne pas le réciter? "C'est un truc de vieilles", peut-être mais je connais de plus en plus de jeunes qui le récitent. "C'est marmonner la même prière. C'est lassant et je pense à autre chose". Là, t'as tout faux! Répéter "Je vous salue Marie" à plein coeur, même si tu t'évades de temps en temps de ta prière, tu te projettes dans un souffle d'amour qui te porte et te dynamise. Le rosaire te met dans un climat d'élévation. En effet, la prière, ce n'est pas tirer le ciel vers la terre pour que Dieu, par sa mère, exauce automatiquement tout ce que tu demandes. C'est s'élever vers Dieu qui sait, mieux que toi, ce dont tu as besoin. C'est le sens de la parole du Christ: "'Tout ce que vous demanderez sera exaucé"...Accroche-toi à ton chapelet. Tu verras combien ces "Ave Maria" t'apporteront une joie immense. Ils toucheront le coeur de Marie. Elle intercédera auprès de Dieu. Et Dieu faiblira. Et te donnera, grâce à Elle, tout ce que tu demanderas.

J'appelle cela les "sourires de Marie". Attends-toi à ce qu'elle te comble de grâces.

Le chapelet c'est un médium, un véhicule; c'est la prière à la portée de tous.

Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans A la Une
5 octobre 2022 3 05 /10 /octobre /2022 08:01
 « Le Rosaire est ma prière préférée. C’est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur. Dans cette prière nous répétons de multiples fois les paroles de l’Archange et d’Elisabeth à la Vierge Marie. Toute l’Eglise s’associe à ces paroles. Cette prière si simple et si riche, de tout cœur, je vous exhorte à la réciter. »
Jean-Paul II, angélus du 29.10.78)
 
 Sous le pontificat de Léon XIII, en 1886-87, la congrégation romaine des rites a fait du mois d'octobre le mois du Rosaire. La dévotion au mois du rosaire avait déjà été approuvée par le pape Pie VII au début du 19 ème siècle. Ceci est un peu exceptionnel, car l'Eglise est plus attentive aux temps liturgiques qu'aux mois de l'année. Cependant il en est de même pour le mois de mai. Le mois d'octobre est donc traditionnellement le mois du Rosaire. C'est une dévotion officielle, et pas seulement une dévotion privée. Le mois du rosaire est une dévotion catholique qui n'existe pas chez les orthodoxes et les protestants.
 
Le mois du rosaire a été recommandé comme tel par le pape Benoît XVI le 12 octobre 2005. Le 20 oct 2008 il a rappelé aussi que le mois d'octobre est le mois des missions et le mois du rosaire. La pratique du chapelet, individuelle ou collective, est donc particulièrement importante le mois du Rosaire. Le deuxième mois marial de l'année, avec le mois de mai, c'est le mois d'octobre, mois du rosaire.
 
http://www.michaeljournal.org/images/02-oct-16-rosa.jpg
 
Partager cet article
Repost0
Mis en ligne par gh - dans A la Une

Présentation

  • : stlaurentdupaysduverre.over-blog.com
  • : Blog de la communauté de paroisses St Laurent du Pays du Verre - Diocèse de METZ - Moselle
  • Contact

NEWS

Catégories